01 88 33 22 22 contact@vanberg.fr
Catalogue
CONTACTCONTACT
Prévention sécurité routière, safety day & formation risque routier | Vanberg Prévention On recrute ! 01 88 33 22 22

Véhicule électrique en entreprise et loi Climat et Résilience

Adoptée le 20 juillet 2021, la loi Climat et Résilience a pour objectif d’accélérer la transition écologique en France. Elle prévoit diverses mesures s’articulant autour de six thématiques clés : la consommation, la production et le travail, les déplacements, le logement, l’alimentation ainsi que le renforcement de la protection judiciaire de l’environnement.  

Le véhicule électrique intègre pleinement le sujet des déplacements. Le but de cette thématique étant de privilégier les moyens de transport plus durables. Mais aussi, de les rendre plus accessibles pour l’ensemble de la population. Découvrez comment les évolutions actuelles et futures soutiennent les véhicules électriques.

 

    Voiture électrique : quelle autonomie ?

    La loi Climat et Résilience est vectrice de changement. Pour lutter contre le réchauffement climatique, elle invite les français à repenser leur manière de se déplacer. Elle prévoit plusieurs dispositifs qui vont être déployés au fil des années. À commencer par la prohibition des véhicules jugés trop polluants. Les moteurs fonctionnant au diesel ainsi que les moteurs à essence seront progressivement interdits sur la base de leur ancienneté :

    • Au 1er janvier 2023 : les véhicules diesel immatriculés avant 2001 et les véhicules essence immatriculés avant 1997 seront interdits
    • Au 1er janvier 2024 : les véhicules diesel immatriculés avant 2006 seront interdits
    • Au 1er janvier 2025 : les véhicules diesel immatriculés avant 2011 et les véhicules essence immatriculés avant 2006 seront interdits

    La loi Climat et Résilience se projette sur le long terme. D’ici 2030, la commercialisation de véhicules émettant plus de 95 gCO2/km sera formellement interdite en France. Une avancée par ailleurs suggérée à la Commission Européenne dans le cadre du Fit for 55.

    En quoi cette loi favorise-t-elle le développement des véhicules électriques ?

    La loi Climat et Résilience aide les véhicules et autres moyens de déplacement électriques à gagner du terrain. Elle intègre des mesures favorables à leur développement. À terme, l’objectif est de diminuer au maximum les émissions de gaz à effet de serre issues de nos déplacements quotidiens. Et ce, en privilégiant les moyens de transport alternatifs aux véhicules à moteur classiques.

    Le renforcement des ZFE

    Les Zones à Faibles Émissions ont pour vocation de protéger les populations situées près d’un trafic routier important. On les retrouve principalement dans les grandes villes et métropoles européennes. Au sein des ZFE, seuls les véhicules les moins polluants et les véhicules électriques et hybrides ont le droit de circuler durant certaines plages horaires. L’ensemble des véhicules doivent être munis d’une vignette Crit’Air indicative de leur niveau de pollution, sous peine de sanction.

    La loi Climat et Résilience prévoit de renforcer les ZFE d’ici 2025. Les agglomérations françaises de plus de 150 000 habitants sont concernées. Concrètement, ce sont 33 ZFE supplémentaires qui seront bientôt instaurées sur le territoire.

    zone faibles emissions voiture electrique

    Pour soutenir l’acquisition de moyens de déplacement électriques, l’Etat propose de nouvelles aides financières aux français :

    • Expérimentation d’un prêt à taux zéro en 2023 pour l’achat d’une voiture électrique pour les ménages modestes, en complément du bonus écologique
    • Bonus écologique jusqu’à 7 000 € pour les particuliers et 5 000 € pour les professionnels pour l’achat d’un utilitaire électrique
    • Prime jusqu’à 900 € pour l’acquisition d’un deux-roues électrique
    • Aide jusqu’à 200 € pour l’achat d’un vélo électrique 
    • Prime jusqu’à 40 % du prix d’acquisition d’un poids lourd ou d’un autobus électrique
    parking vehicules electriques en entreprise

    Les aides accordées aux entreprises

    En France, nombreuses sont les entreprises qui disposent d’une flotte automobile. Cela permet de faciliter les déplacements professionnels de leurs collaborateurs. Les sociétés de transport routier ainsi que les compagnies d’autobus privées ont aussi un parc conséquent. Le secteur du transport est celui qui émet le plus de gaz à effet de serre : 30 % des émissions.

    Pour intégrer des solutions de déplacement plus durables, l’Etat apporte son aide aux entreprises. Le but est d’inciter ces dernières à s’équiper en véhicules électriques tout en mettant en place des formations risques routiers pour leur collaborateurs.

    Le bonus écologique s’applique aux entreprises localisées en France. Le montant de ce dernier est passé de 3 000 € à 5 000 € au 1er juin 2020. 

    Autre avantage, les sociétés peuvent percevoir une prime à la conversion si elles souhaitent remplacer leurs véhicules polluants par des véhicules électriques. Cela concerne les voitures essence immatriculées avant 2006 et les voitures diesel immatriculées avant 2011.

    Pour les véhicules émettant moins de 50 g de CO2/km, l’Etat soutient également les entreprises françaises en les exonérant de la taxe sur les véhicules de société (TVS). Une exonération est aussi faisable pour la taxe sur la carte grise lors de la première immatriculation d’un véhicule 100% électrique. 

    Enfin, lors de l’acquisition de nouveaux véhicules électriques, les entreprises peuvent bénéficier d’un suramortissement de 40 % de leur valeur. 

    Le renforcement des recharges publiques et privées

    Afin d’encourager l’adoption de véhicules électriques, il est essentiel de faciliter les déplacements. Dans le cadre de la loi Climat et Résilience, le gouvernement déploie des solutions pour aménager le territoire en bornes de recharge. L’ambition est de taille : disposer de 7 millions de points de charge sur l’ensemble du pays d’ici 2030 ! 

    Pour soutenir l’équipement des foyers en bornes de charge, un crédit d’impôt de 75 % plafonné à 300 € est proposé aux particuliers.

    Concernant les infrastructures publiques, 100 millions d’euros sont dédiés à l’installation de points de recharge sur les aires de service des réseaux routier et autoroutier dans le cadre du plan de relance. Par ailleurs, les parcs automobiles publics devront disposer d’une borne de recharge toutes les 20 places de stationnement au 1er janvier 2025. Une façon de rassurer les français sur l’avenir de l’électrique. 

     

    Découvrez nos autres conseils en sécurité routière 

    Télécharger le catalogue Vanberg

    Recevez notre catalogue complet de formations et ateliers de sécurité routière. Spécialement conçu pour vous, le catalogue Vanberg vous permettra d’avoir une vue d’ensemble de nos solutions. Nous vous proposons de le recevoir par e-mail ou par voie postale.

    Demande de devis

    01 88 33 22 22

    Télécharger le catalogue

    Téléchargement du catalogue

    Vanberg, spécialiste des stages sécurité routière

    Spécialiste des journées de sensibilisation à la sécurité routière et des formations dédiées à la prévention routière, Vanberg Prévention intervient auprès des entreprises, collectivités et écoles, en Alsace et partout en France.

    Avec plus de 30 ateliers pour safety day, formations théoriques et animations sécurité routière tels que la formation éco-conduite, le simulateur d’accident de voiture, le quizz code de la route ou la voiture tonneau, nous vous accompagnons dans votre stratégie de prévention routière en mettant à votre disposition des solutions complètes et innovantes.

    Vanberg Prévention est un organisme de formation à la sécurité routière enregistré à la Direccte sous le numéro 44670645667 et certifié Qualiopi.

    qualiopi Vanberg

    Tous droits réservés Vanberg Prévention ©️
    Journées de sensibilisation & formation sécurité routière

    Nos solutions

    Vanberg Prévention

    2 rue Brigade Alsace Lorraine

    67000 Strasbourg

    Tél : 01 88 33 22 22

    Nous contacter