01 88 33 22 22 contact@vanberg.fr
Catalogue
CONTACTCONTACT
Prévention sécurité routière, safety day & formation risque routier | Vanberg Prévention On recrute ! 01 88 33 22 22

Tout savoir sur l’interdiction des voitures diesel en ville

La loi Climat et Résilience, votée en 2021, prévoit de réduire drastiquement les émissions de polluants dans l’atmosphère, notamment via l’instauration de zones à faible émission mobilité (ZFE-m). L’objectif est clairement annoncé : seuls les véhicules porteurs d’une vignette Crit’Air 1 ou 2 pourront circuler dans ces zones à partir du premier janvier 2025. Nous analyserons dans cet article les raisons de la mise en place de ces zones ainsi que les conséquences sur les véhicules thermiques, en particulier les véhicules diésel.

Les villes interdisent-elles les voitures diesel ?

La mise en place des zones à faible émission mobilité (ZFE-m) entraîne l’exclusion d’une partie des voitures diesels. En effet, seules les voitures diesels répondant aux normes européennes euro 5 et euro 6 peuvent encore prétendre à la vignette Crit’Air 2 et circuler dans ces zones. Cela correspond aux voitures diesels dont la date de première immatriculation est postérieure au 1er janvier 2011.

Quant aux voitures essence, seuls les véhicules dont la date de première immatriculation est postérieure au 1er janvier 2006 peuvent circuler dans les zones à faible émission. Ainsi, ces zones impactent moins la circulation des voitures essences.

Si certaines villes affichent l’ambition de bannir les véhicules diesels, voire les véhicules thermiques dans un horizon plus ou moins proches (l’année 2030 est souvent citée comme objectif), aucune ville française n’a pour l’instant interdit la circulation des véhicules avec la vignette Crit’Air 2 dans les zones à faible émission.

La mise en œuvre des ZFE-m dans les villes françaises

Il existe actuellement 12 ZFE-m en Frnace dans les métropoles de : Strasbourg, Lyon, Reims, Grenoble, Paris, Rouen, Aix-Marseille, Nice, Montpellier, Saint-Étienne, Toulouse et Clermont-Ferrand.

L’article Article L2213-4-1 du Code général des collectivités territoriales prévoit l’obligation d’instaurer une ZFE-m avant le 31 décembre 2024 dans toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants situées sur le territoire métropolitain. Cette obligation peut être levée dans le cas où les concentrations en dioxyde d’azote sont suffisamment basses (<10µg/m3).

Mise en place progressive des restrictions sur Paris

La ZFE-m de Paris regroupe 77 communes métropolitaines situées dans le périmètre de l’autoroute A86. Depuis juillet 2019, tous les véhicules Crit’Air 5 et non classés sont interdits de circulation (véhicules dont la première immatriculation date d’avant janvier 1997 pour les essences et d’avant janvier 2001 pour les diesels). Depuis juin 2021, l’interdiction de circulation s’est étendue aux véhicules Crit’Air 4 (véhicules dont la première immatriculation date d’avant janvier 1997 pour les essences et d’avant janvier 2006 pour les diesels). À partir de janvier 2025, les véhicules Crit’Air 3 seront également interdits à la circulation (véhicules dont la première immatriculation date d’avant janvier 2006 pour les essences et d’avant janvier 2011 pour les diesels).

Déploiement progressif des mesures restrictives à Lyon

Depuis le 1er janvier 2024, dans la métropole du Grand-Lyon, les véhicules Crit’Air 4 et 5 sont interdits de circulation. Tout comme Paris, la métropole de Lyon devrait interdire la circulation des véhicules Crit’Air 3 à partir de janvier 2025.

Applications des restrictions dans les autres communes

Dans les territoires de plus de 150 000 habitants respectant de manière régulière les seuils réglementaires de qualité de l’air, le calendrier de mise en place des restrictions n’est pas fixé par la Loi.

interdiction voiture critair 4 en ville

Quels pays européens mettent en place les zones à faible émission ?

Les zones à faible émission (ZFE) représentent une mesure clé adoptée par plusieurs pays européens pour lutter contre la pollution de l’air urbain et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Selon l’ADEME, en 2023, des pays comme l’Italie avec (163) ZFE, l’Allemagne (85), les Pays-Bas (15), la Suède (9), et l’Angleterre (7), entre autres, ont adopté cette approche. Ces zones restreignent ou régulent l’accès des véhicules les plus polluants dans certaines parties des villes afin de promouvoir une meilleure qualité de l’air. Le nombre de ZFE en Europe souligne l’engagement croissant des pays envers des politiques environnementales plus durables. L’objectif est double : protéger la santé publique en réduisant les maladies respiratoires liées à la pollution de l’air, et contribuer à l’atteinte des objectifs climatiques internationaux en diminuant les émissions de CO2. La variété des pays adoptant les ZFE reflète une prise de conscience européenne de l’urgence environnementale et la volonté d’agir pour un futur plus vert. Ces mesures sont souvent accompagnées de politiques incitatives, comme le développement des infrastructures pour les véhicules électriques et l’amélioration des transports en commun, afin d’encourager une mobilité urbaine plus durable.

Impact environnemental de la mise en place des ZFE et de la réduction des émissions polluantes des véhicules diesels.

Les véhicules thermiques utilisent la combustion de l’essence ou du gazole pour produire l’énergie nécessaire à l’avancement du véhicule. La combustion de l’essence ou du gazole produisent des composés nocifs pour l’être humain et l’environnement.

En France, le coût de la pollution atmosphérique est évalué de 70 à 100 milliards d’euros par an par la Commission d’enquête du Sénat (rapport remis en 2015). Sur la période 2016-2019, Santé publique France estime que chaque année près de 40 000 décès seraient attribuables à une exposition des personnes âgées de 30 ans et plus aux particules fines.

Système HVE homme femme<br data-lazy-src=

Les oxyde d’azote (Nox)

Parmi les principaux polluants, on retrouve le monoxyde d’azote (NO) et dioxyde d’azote (NO2), résultant de la réaction de l’azote avec l’oxygène contenu dans l’air, sous l’effet de la chaleur et de la pression au sein des moteurs thermiques. Ces oxydes d’azote sont responsables de maladies respiratoires (inflammations chroniques du système respiratoire, infections pulmonaires, irritation des bronches et aggravation des crises d’asthme). Les véhicules diesels produisent plus d’oxydes d’azote car ils présentent des températures et des pressions de combustions bien plus élevées que les moteurs essences. C’est pour cela que les véhicules diesels possèdent aujourd’hui des catalyseurs (Réduction Catalytique Sélective, ou SRC, avec réservoir d’AdBlue) capable de réduire ces oxydes d’azote.

Les particules fines

Les particules fines sont émises par les moteurs à combustion. Leur production est favorisée par des températures de combustion élevées. C’est pour cela que les particules fines sont produites en plus grande quantité par les véhicules diesels. C’est aussi pour cela que les véhicules diesels ont été équipés de filtres à particules bien avant les véhicules essences. Ces particules fines sont également responsables de maladies respiratoires chroniques.

Le monoxyde de carbone (CO)

Ce gaz est produit par la combustion du gazole dans les moteurs diesels. Il est toxique pour l’homme.

Le dioxyde de carbone (CO2)

Le CO2 est un gaz qui participe activement au dérèglement climatique. L’accumulation de CO2 dans l’atmosphère entraine un effet de serre responsable de l’augmentation globale de la température à la surface du globe terrestre. La réduction de sa concentration atmosphérique fait partie des enjeux majeurs dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Les normes EURO et la classification Crit’Air

Les normes EURO sont mises en place par l’Union européenne. Elles fixent des limites strictes aux émissions de polluants atmosphériques provenant des véhicules automobiles. Elles favorisent ainsi l’innovation technologique et l’adoption des véhicules plus propres. Introduite en 1991, la norme EURO 1 est la première à fixer des seuils réglementaire en matière d’émissions polluantes pour les véhicules à moteur. Chaque nouvelle norme a réduit les seuils réglementaires. Aujourd’hui, la norme en vigueur est la norme EURO 6d, mise en place depuis le 1er janvier 2021.

En fonction de la norme de construction, les véhicules peuvent prétendre à différentes classifications Crit’Air (5 pour les véhicules thermiques les plus polluants et 1 pour les véhicules thermiques les moins polluants).

Quel avenir pour les véhicules diesels et quelles alternatives ?

La fin du véhicule thermique a été annoncée : l’objectif européen est de mettre fin à la vente de véhicule thermique à partir de l’année 2035. Même si le maintien de cet objectif n’est pas une certitude, la trajectoire est donnée. Les alternatives à la mobilité thermique existent déjà.

Le véhicule électrique et le véhicule à hydrogène sont en tête de liste pour remplacer les véhicules thermiques. Ces véhicules rejettent très peu de polluants dans l’atmosphère, et ne rejettent pas de dioxyde de carbone.

L’arrivée de ces véhicules présente néanmoins d’autres problématiques liées à leur fabrication et à la production de l’énergie nécessaire à les alimenter. Le coût et l’empreinte environnementale de ces véhicules est régulièrement questionnée. Le débat et l’avenir de la voiture sont loin d’être clos.

Nos autres conseils en conduite rationelle et éco-mobilité

Yves Neyner

Il y a une différence entre connaître le chemin, et arpenter le chemin.

Morpheus, Matrix.

Je ne suis qu’un Homme avec une âme d&rsq ...

> Mon profil et mes autres articles

Demande de devis

01 88 33 22 22

Télécharger le catalogue

Téléchargement du catalogue

Vanberg, la formation experte et innovante au service de la sécurité routière de vos collaborateurs

Expert des journées de sensibilisation à la sécurité routière et des formations dédiées à la prévention routière, Vanberg Prévention intervient auprès des entreprises, collectivités et écoles, en Alsace, en France, Belgique, Suisse et Luxembourg.

Avec plus de 30 ateliers pour safety day, formations théoriques et animations sécurité routière tels que la formation éco-conduite, le simulateur d’accident de voiture, le quiz code de la route ou la voiture tonneau, nous vous accompagnons dans votre stratégie grâce à une méthode innovante et sur-mesure.

Nos experts forment vos équipes face aux risques quotidien de la route. Cet accompagnement humain assure une prise de conscience qui s’applique au-delà de la vie professionnelle. La disponibilité et la passion dont nous faisons preuve nous permettent de réaliser des interventions qui profitent au bien-être de chacun.

Vanberg Prévention est un organisme de formation à la sécurité routière enregistré à la Direccte sous le numéro 44670645667 et certifié Qualiopi.

qualiopi vanberg

La certification qualité à été délivrée au titre de la catégorie d’action suivante : Actions de formation

Tous droits réservés Vanberg Prévention ©️
Journées de sensibilisation & formation sécurité routière

Nos solutions

Vanberg Prévention

2 rue Brigade Alsace Lorraine

67000 Strasbourg

Tél : 01 88 33 22 22

Nous contacter