01 88 33 22 22 contact@vanberg.fr
Catalogue
CONTACTCONTACT
Prévention sécurité routière, safety day & formation risque routier | Vanberg Prévention 01 88 33 22 22

Mettre en place un règlement intérieur d’entreprise pour la consommation d’alcool et de drogues

Consommer de l’alcool au travail n’est malheureusement pas un fait nouveau et aujourd’hui, l’usage quotidien de drogues tend à se vulgariser et devient préoccupant pour les employeurs de tous les secteurs d’activité confondus : la consommation d’alcool ou de drogue par les salariés pose des questions de santé et sécurité dans les entreprises mais aussi de productivité et d’image de marque.

Afin d’informer les employés sur les clauses et les risques encourus lors de la consommation d’alcool ou de drogues sur le lieu de travail, la mise en place d’une prévention pédagogique des comportements addictifs en  entreprise et d’un règlement intérieur permet de fixer des règles et des sanctions précises.

Le règlement intérieur en milieu professionnel, une obligation légale

 

L’élaboration du règlement intérieur de la société

Le Code du Travail fixe les règles régissant le règlement intérieur des entreprises de 50 salariés et plus (loi Pacte du 1er janvier 2020) : forme, contenu et diffusion de l’information auprès des salariés.

Article L-1321 du Code du Travail :
“Le règlement intérieur est un document écrit par lequel l’employeur fixe exclusivement :
1° Les mesures d’application de la réglementation en matière de santé et de sécurité dans l’entreprise ou l’établissement, notamment les instructions prévues à l’article L. 4122-1 ;
2° Les conditions dans lesquelles les salariés peuvent être appelés à participer, à la demande de l’employeur, au rétablissement de conditions de travail protectrices de la santé et de la sécurité des salariés, dès lors qu’elles apparaîtraient compromises ;
3° Les règles générales et permanentes relatives à la discipline, notamment la nature et l’échelle des sanctions que peut prendre l’employeur.”

Article R-1321 du Code du Travail :
“Le règlement intérieur est porté, par tout moyen, à la connaissance des personnes ayant accès aux lieux de travail ou aux locaux où se fait l’embauche.”

Notez qu’il est facultatif mais recommandé pour les entreprises de moins de 50 salariés.

La validation du règlement intérieur

Le Le règlement intérieur de l’entreprise est soumis à l’avis du CHSCT et du CSE (Comité Social et Économique) ou à défaut des délégués du personnel, et doit ensuite être déposé au Conseil de Prud’Hommes et approuvé, avec entrée en vigueur dans un délai d’un mois, affiché sur les lieux de travail et transmis à tout le personnel pour en prendre connaissance.

Le contenu du règlement intérieur : consommation d’alcool au travail

Autoriser la consommation d’alcool dans les locaux d’entreprise

D’après l’article R-4228-20 du Code du Travail, l’introduction et la proposition d’alcool aux employés sur le lieu de travail sont autorisées pour certaines boissons alcoolisées (vin, champagne, bière, cidre, poiré) et dans le cadre d’évènements ponctuels tels que les pots.

En revanche, l’entrée sur le lieu de travail de personnes en état d’ébriété n’est pas permise (comme le stipule l’Article R-4228-21).

Interdire la consommation d’alcool

D’après le décret n°2014-754 entré en vigueur le 1er juillet 2014, l’employeur peut interdire toute consommation de boissons alcoolisées si cela implique le risque de porter atteinte à la santé et à la sécurité de ses salariés, pour prévenir les accidents du travail, cela en application de l’article L-4121-1 du Code du Travail.
Auquel cas, la mention devra apparaître dans le règlement intérieur de l’entreprise afin d’être considérée comme connue par chaque salarié.

Il est également possible d’ajouter au règlement intérieur une clause stipulant la possibilité de recours à un alcootest pour vérifier le taux d’alcoolémie des personnels affectés à des postes dits à risque (chauffeurs, caristes, moniteurs d’auto-école…) en cas de soupçons. En effet, l’employeur est engagé en responsabilité pénale en cas d’accident ou de manquement à la sécurité de ses collaborateurs.

Attention cependant à ne pas procéder à des contrôles abusifs, sous peine de sanctions.

Sanctionner l’alcoolémie au travail

Si un salarié est soupçonné d’être sous l’emprise de l’alcool à son poste de travail ou d’arriver en état d’ivresse, un éthylotest peut être pratiqué sur les heures de travail à la demande de son supérieur hiérarchique, à condition que la mention ait été portée au règlement intérieur.

Si le test est positif, une sanction disciplinaire peut s’appliquer, pouvant aller jusqu’au licenciement en cas de récidive ou si le comportement du salarié porte atteinte au bon fonctionnement de l’entreprise et à la sécurité au travail (faute grave). Encore une fois, les sanctions prévues doivent avoir été mentionnées dans le règlement intérieur pour être applicables et appliquées.

L’usage de drogue sur les lieux de travail

La consommation de produits illicites et de substances psychoactives par les salariés peut gravement entraver leur capacité de travail et poser des questions de sécurité et de santé au travail : la consommation de cannabis (THC), cocaïne, amphétamines, ecstasy et autres substances psychotropes employées pour traiter les problèmes psychologiques et psychiatriques n’est pas encore réglementée par le Code du Travail.
Il est donc important d’en faire mention dans le règlement intérieur de l’entreprise afin de pouvoir réaliser un test de dépistage en cas de soupçon, pour prévenir la consommation et prévoir des mesures de sanctions disciplinaires.

Des modalités légales pour mettre en place des programmes de dépistage

A condition de ne pas porter outrageusement atteinte à la vie privée du salarié suspecté de travailler sous l’emprise de stupéfiants, le chef d’entreprise peut rédiger une clause dans le règlement intérieur d’entreprise pour déterminer les mesures prises à l’encontre de l’usage de substances addictives.

Sanctionner la consommation de stupéfiants au travail

Depuis la décision n°394178 rendue par le Conseil d’Etat le 5 décembre 2016, les tests salivaires ciblés et aléatoires pour dépister les consommateurs sont autorisés, si les salariés en sont informés, et s’ils sont prévus par le règlement intérieur, lequel doit prévoir le droit du salarié à demander une contre-expertise du dépistage salivaire en cas de résultat positif.
Le règlement intérieur doit également comprendre les sanctions applicables en fonction du degré de faute commise par le salarié, dans une juste proportionnalité. Le licenciement est possible si la consommation de drogue met en danger immédiat le salarié, ses collaborateurs ou les usagers (conducteur de bus par exemple).

Prévoir une campagne de prévention pour les salariés

Un stage de sensibilisation aux dangers de la consommation d’alcool et de drogues au travail

L’organisation de ce stage, généralisé à tous les salariés, peut contribuer à les informer et à réduire ces conduites addictives dangereuses. Il peut également être prévu au règlement intérieur.

Organisez une journée sécurité pour sensibiliser vos collaborateurs

Vanberg Prévention vous accompagne dans l’organisation de votre journée sécurité en entreprise grâce à nos ateliers : karting alcool, Addicto’quizz (jeu géant de prévention), lunettes de RV, sensibilisation aux drogues, etc…

Découvrez nos autres conseils en sécurité routière 

La consommation d’alcool au travail : réglementation, sanctions et sensibilisation du personnel

La consommation d’alcool au travail : réglementation, sanctions et sensibilisation du personnel

L’alcool coûte directement ou indirectement la vie à plus de 45 000 personnes chaque année en France. D’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), on estime qu’il est également responsable d’environ 1/3 des accidents mortels de la circulation. L’alcool constitue en effet l’une des premières causes de décès au volant.

lire plus

Télécharger le catalogue Vanberg

Recevez notre catalogue complet de formations et ateliers de sécurité routière. Spécialement conçu pour vous, le catalogue Vanberg vous permettra d'avoir une vue d'ensemble de nos solutions. Nous vous proposons de le recevoir par e-mail ou par voie postale.

Demande de devis

01 88 33 22 22

Télécharger le catalogue

Téléchargement du catalogue

Vanberg, spécialiste des stages sécurité routièredocu

Spécialiste des journées de sensibilisation à la sécurité routière et des formations dédiées à la prévention routière, Vanberg Prévention intervient auprès des entreprises, collectivités et écoles, en Alsace et partout en France.

Avec plus de 30 ateliers pour safety day, formations théoriques et animations sécurité routière tels que la formation éco-conduite, le simulateur d’accident de voiture, le quizz code de la route ou la voiture tonneau, nous vous accompagnons dans votre stratégie de prévention routière en mettant à votre disposition des solutions complètes et innovantes.

Vanberg Prévention est un organisme de formation à la sécurité routière enregistré à la Direccte sous le numéro 44670645667.

Tous droits réservés Vanberg Prévention ©️
Journées de sensibilisation & formation sécurité routière

Nos solutions

Vanberg Prévention

73 Avenue des Vosges

67000 Strasbourg

Tél : 01 88 33 22 22

Nous contacter

Vous

nos articles ?

Ne manquez plus un seul article

et profitez de contenu exclusif !